Le rôle du technicien en TRGD en trois volets

Le travail en recherche et gestion des données s’articule autour de trois grandes étapes : la collecte des données, l’analyse complète des informations recueillies et la présentation efficace et adaptée des résultats. 

Concrètement, qu’est-ce que cela signifie? 

  1. La collecte

À l’aide de différents outils et techniques de collecte, on récupère et on rassemble toutes les informations qui serviront à développer des connaissances dans différents domaines (santé publique, markéting, intelligence d’affaires, recherche sociale, environnement et développement durable, grands médias, etc.). Nos sources de renseignements sont multiples : questionnaires, entrevues, données web, etc.  

Quelques exemples… 

« Je travaille comme technicienne en recherche et gestion de données dans un cégep et j’ai été invitée à construire un questionnaire pour interroger des étudiants sur leur appréciation de leur expérience collégiale. Le projet à mener à des recommandations qui permettront d’améliorer les services aux élèves ! » 

« Mon équipe de recherche travaille sur les enjeux de pauvretés des familles montréalaises. J’ai participé à l’élaboration du projet en effectuant une recherche documentaire sur le sujet. » 

« Mon entreprise œuvre dans le divertissement (radio, télévision, podcast et web) et je suis impliqué dans la collecte d’informations sur les données d’auditoire et le nombre de clics. » 

  1. L’analyse

On a en main une tonne de données intéressantes. Pour les comprendre et évaluer leur pertinence, il faut les organiser, les valider, les analyser et les interpréter de manière rigoureuse. Pour ce faire, on utilise de puissants logiciels tels SPSS, Nvivo et plusieurs autres.  

Quelques exemples… 

« La banque pour laquelle je travaille offre différents produits à ses clients (assurances, produits financiers, etc.). Mon travail consiste à produire des statistiques pour comprendre les comportements de consommation de ces clients. » 

« J’adore analyser ce que les personnes me confient en entrevues. Par exemple, dans un projet récent, j’ai utilisé un logiciel d’analyse qualitative pour creuser les thèmes qui ressortaient des propos de dirigeants d’entreprise en développement durable. » 

  1. La vulgarisation

Les résultats de notre recherche sont éloquents. Il faut les communiquer aux requérants de façon à ce que tout soit clair, concis et révélateur. Pour ce faire, on utilise différents formats (rapports, vulgarisation web, animations graphiques, etc.) selon les personnes à qui on s’adresse et les besoins exprimés. 

Quelques exemples… 

« La firme pour laquelle je travaille a mené une vaste étude sur l’évolution du recours au numérique dans les PME québécoises. J’ai pu contribuer à la rédaction du rapport en rédigeant les textes visant à expliquer les tableaux et les graphiques que j’ai produits à la suite de l’analyse des données d’enquête. »

« Quand nous avons terminé la recherche sur le rapport au diagnostic en santé mentale, nous avons produit une affiche scientifique qui visait à expliquer les résultats de la recherche à la population. »

« C’est super collecter et analyser des données. Mais on ne veut pas que ça reste sur les tablettes! Dans le cadre de mon travail, j’ai produit des capsules web qui visaient à présenter les résultats d’une étude sur une nouvelle initiative en développement durable. J’en suis bien fière!»

Visite la page du programme Techniques de recherche et de gestion de données pour en savoir plus sur la formation


Programme en lien avec l’article

384.A0

Techniques de recherche et de gestion de données

VOIR LE PROGRAMME Voir le programme
Portes Ouvertes Portes ouvertes Élève d’un jour Élève d’un jour

Vous aimerez aussi