Pour l’instant

Celles et ceux que la poésie habite trouvent chaque année un lieu privilégié où dévoiler leurs œuvres. « Pour l’instant » est un recueil intercollégial de poésie qui ouvre ses pages aux jeunes auteurs des cégeps.

Comment participer

  • Les étudiants de l’enseignement régulier peuvent y participer; 
  • Il suffit de présenter un poème dactylographié en français, à simple interligne, et qui ne doit pas dépasser 36 lignes, titre inclus;
  • Le thème du poème est entièrement libre;
  • Un étudiant peut soumettre jusqu’à 3 poèmes par session.

Comment soumettre un poème

  • Il n’y a pas de date limite pour soumettre un poème;
  • Les poèmes soumis avant le 1er novembre 2020 feront l’objet d’une sélection auprès d’un jury pour avoir la possibilité d’être publié dans le recueil intercollégial de poésie 2020-2021;
  • Les poèmes soumis après le 1er novembre 2020 feront l’objet d’une sélection auprès d’un jury pour avoir la possibilité d’être publié dans le recueil intercollégial de poésie 2021-2022;
  • Les poèmes doivent être envoyés par courriel à dsaboori@crosemont.qc.ca en y indiquant prénom, nom, numéro étudiant, adresse postale et numéro de téléphone;
  • Il faut indiquer le titre en gras au-dessus du poème. Si le poème n’a pas de titre, merci d’indiquer « Sans titre ».

Un jury local sélectionnera les trois poèmes à chaque automne qui seront soumis au concours national et automatiquement publiés dans le recueil de poésie « Pour l’instant », qui paraitra en mai.

29e édition : lancement du recueil en mai 2021, au Collège Ahuntsic

Le concours national récompense les auteurs des trois meilleurs poèmes parmi tous ceux qui auront été envoyés par les différents collèges:

  • 1er prix : 650 $
  • 2e prix : 400 $
  • 3e prix : 250 $

Des exemplaires du recueil de poésie « Pour l’instant » sont disponibles gratuitement au local F-369 ou au local F-375.

Pour l’édition 2020-2021, les trois étudiants gagnants du Collège de Rosemont sont :

  • Marie-Michel Lalonde, étudiante en Acupuncture, pour son poème Exorcisme
  • Christophe Leblanc, étudiant en Arts, lettres et communication, profil Cinéma, pour son poème Apparences 
  • Léonie Dugas, étudiante en Arts, lettres et communication, profil Cinéma, pour son poème L’existence n’est que supernova 

Les trois gagnants du Collège remportent une carte-cadeau de la COOP d’une valeur de 25 $.

Voici les textes lauréats du Collège

Apparences

J’ai sculpté un autre masque,
Pour répondre à celui que tu arbores.
Chaque jour, ma collection d’expressions s’agrandit un peu plus,
Et celles-ci m’entrainent dans une valse dont je ne serais bientôt plus maître.
L’authentique me déclare désormais traitre,
Moi qui perds toujours plus de cette substance pure dont je me fais traire.
Tu le sens toi aussi, n’est-ce pas,
Ce monument abyssal qui rugit au plus profond de ton être
Et qui tente de t’envahir dans tes moments de solitude?
Mais heureusement tu es là pour moi,
Comme je suis là pour toi.
Je crois que je comprends à présent.
Tu m’as sculpté,
Comme je t’ai sculpté.
Devons-nous maintenant nous remercier l’un et l’autre ou nous maudire?

– Christophe Leblanc

Exorcisme

L’heure du Grand Exorcisme est arrivée comme ça
comme reviennent dans le Nord les criantes volées d’oies
déroutante évidence.

Mon mépris a plié comme on tombe au combat
les pardons empilés forment la corde de bois
sur laquelle je danse.

Les bras au bord de la dislocation
à vouloir enlacer ce que je me refuse
d’aimer en moi d’une vive passion
à faire rougir les putains et les muses.

Guidant les doigts suintants qui hésitent déjà
mon cœur glisse doucement sur la planche de Ouija
et par hardiesse pointe – silence ébahi –
ces faiblesses que je n’ai plus la fougue de haïr.

Nue devant le bûcher je craque l’allumette
qui incendiera mon euphorie muette
douce impudence.

– Marie-Michel Lalonde

L’existence n’est que supernova

Grande ourse dessinée au sein de son dos voûté
Voie lactée se reflétant dans mes yeux rebutés par l’ennui
Corps filants sur la rivière des consciences démodées
Fissures dévoilant un flot de flammes colorées dans nos veines flétries
Des vies moroses englouties dans un néant réconfortant
Poursuite insouciante d’une bouffée d’air funeste
Une étincelle aveuglante rabattant notre conscience vers la genèse de notre univers éphémère
L’étoile polaire nous apparaissant à la bordure de nos existences pourissantes
Les astres finalement soumis à leur sort

Dorlotés par les étoiles,
Nous acceptons enfin notre supernova

-Léonie Dugas

Collège de Rosemont - Nos enseignants

Renseignements
Dounia Saboori
Local F-375 (Carrefour)
514-376-1620 poste 7425
dsaboori@crosemont.qc.ca