Le Collège vu par… Lisa-Marie

Lisa-Marie Blackburn est étudiante en 2e année dans le programme Techniques de thanatologie. Le Collège de Rosemont l’a rencontrée afin de discuter de son expérience collégiale.

Cheminement scolaire

Parle-moi un peu de tes intérêts professionnels avant de t’inscrire au Cégep ?

J’ai toujours eu une attirance envers les gens en détresse. J’aime vraiment le côté émotionnel des gens. De plus, je trouve que les gens en détresse ont besoin de toi, ils se confient à toi et ils ont une belle transparence. J’ai toujours travaillé dans des domaines en lien avec des personnes en détresse.

L’ambiance à Rosemont

Comment décrirais-tu l’ambiance qui existe au Collège de Rosemont ?

En Thanatologie, on est un programme un peu à part, car notre bloc est séparé du Collège et c’est à cet endroit que l’on se tient. Sinon on est à la Cafétéria ou au Carrefour et c’est assez festif. Il y a souvent de l’animation et de petits kiosques. Dès qu’il y a une fête, le Collège organise des événements.

Ce que j’aime ici, c’est que c’est multiculturel et que ça ouvre mes horizons. Plein de monde se tient ensemble. Je me suis fait des amis de différentes religions et de différentes cultures et je m’aperçois qu’il n’y a pas de différences entre nous dans le fond. Ici, au Collège, c’est vraiment varié, tout le monde s’entend bien ensemble et il n’y a pas de discrimination.

Je me suis aperçue qu’ici, c’était vraiment multiculturel, qu’il n’y avait pas de discrimination et que l’on ne faisait pas de différence entre les religions et les cultures. Au Collège c’est varié et multiculturel.

Le programme Techniques de thanatologie

Pourquoi avoir choisi ton programme ?

J’ai toujours pensé qu’il n’y avait pas de programme en Thanatologie et qu’il fallait avoir une famille dans le domaine funéraire pour pouvoir y travailler. Depuis que je sais qu’il est possible d’étudier dans ce programme pour en faire un métier, j’ai voulu étudier la thanatologie. J’avais fait une première demande dans le passé et je n’avais pas été acceptée, car c’est un programme assez contingenté. Un an plus tard j’ai décidé d’essayer à nouveau, car c’est vraiment ce que je voulais faire et me voilà !

Comment décrirais-tu les cours et les enseignants ?

En fin de session, c’est exigeant. Les professeurs en général au Collège de Rosemont sont passionnés. J’ai eu des professeurs en Français qui adoraient leur matière et qui ont réussi à me faire aimer leur matière, même si ce n’est pas pour ça que je suis ici. Par exemple, j’ai eu un cours complémentaire sur les pays en voie de développement. Ce n’est pas quelque chose qui m’intéressait, mais ça a été l’un de mes cours préférés. Mes professeurs en Thanatologie sont exigeants, mais ce sont des passionnés. Ils nous donnent de gros travaux, mais quand je fais une rétrospection de ce que j’ai accompli, je me rends compte que j’ai beaucoup appris ainsi. Je trouve qu’ici, les professeurs réussissent à nous transmettre cette passion-là.

Décris-moi les différents types d’activités d’apprentissage de ton programme.

On fait vraiment de tout. On fait de la pratique dans nos laboratoires et aussi beaucoup de théorie. La première année c’est plus de la théorie et la deuxième année c’est la moitié en laboratoire et la moitié de la théorie. Une partie des travaux se fait en équipe et l’autre se fait individuellement. Il y a beaucoup de travaux d’équipe en Thanatologie, car c’est important dans ce domaine.

Quels enseignants ont marqué ton passage à Rosemont ?

Les enseignants de mon programme, car la plupart de mes cours sont avec eux. Sophie, Cynthia et Jacinthe sont des professeures passionnées qui réussissent à nous transmettre leur passion. Sinon certains enseignants de la formation générale. Par exemple, M. Robert Éthier est un professeur qui a tellement sa matière à cœur que ça en devient vraiment intéressant : j’ai adoré son cours.

En dehors des cours, pourrais-tu me parler des projets dans lesquels les étudiants en thanatologie peuvent s’impliquer ?

Afin de pouvoir compléter notre formation en thanatologie, nous devons faire un an de stage non rémunéré. Nous devons compléter un certain nombre d’heures en volet thanatopraxie et un certain nombre d’heures en services funéraires. Le tout doit être réparti en 2 maisons funéraires. Pour la recherche de stages, nous sommes assez autonomes ; c’est à nous d’envoyer nos demandes aux maisons funéraires qui peuvent nous intéresser. Les professeurs peuvent par contre nous aider si on en a besoin.

Vie étudiante

Décris-moi une activité socioculturelle ou sportive que tu adores ?

Je me suis inscrite à la salle de conditionnement physique et c’est une très belle salle. Les horaires sont bien coordonnés avec nos cours et c’est facile d’y aller après ceux-ci. La salle est très bien adaptée et ce n’est vraiment pas cher pour les étudiants. C’est l’activité que j’ai décidé de faire ici, au Collège.

Et qu’est-ce que tu as le mieux aimé du Collège de Rosemont ?

J’aime beaucoup le Café étudiant. Ce sont des étudiants qui y travaillent et ils sont vraiment fins. Souvent ils prennent le temps de discuter avec toi et parfois ils te conseillent sur les cafés et les sandwichs à prendre. C’est mon coup de cœur à l’école.

Déménagement vers Montréal

As-tu eu à déménager pour venir faire tes études au Collège de Rosemont ? Comment as-tu réussi à te trouver un logement qui correspondait à tes besoins ?

Oui, j’ai dû déménager afin de pouvoir suivre le cours de thanatologie ; je viens du Saguenay-Lac-Saint-Jean à la base ! Pour le déménagement, j’ai eu beaucoup d’appui de mes parents. Ils étaient conscients de mon désir de vouloir étudier dans ce domaine. Ma sœur, qui est aussi ma meilleure amie, m’a suivie dans le programme. On a donc pris un logement ensemble et nous vivons ensemble à Montréal depuis environ 2 ans !

Comment aimes-tu la vie à Montréal ? Comment se passe ton adaptation à la vie métropolitaine de Montréal ?

Au départ, quitter une région pour une ville comme Montréal, c’est beaucoup d’adaptation. J’avouerais que j’ai eu de la difficulté au départ, notamment avec les transports en commun. Après 1 an, je me suis habituée ! J’ai même décidé de rester à Montréal pour mes stages plutôt que de retourner les faire en région.

Conciliation travail-études

Est-ce que tu occupes un travail en même temps que tu es aux études à temps plein ? Si oui, quels trucs as-tu développés afin de gérer ton temps et trouver un équilibre ?

Oui, je travaille en même temps que mes études. La première année je n’ai pas pu travailler puisque les cours de la technique et les cours obligatoires exigent beaucoup de temps et d’études. La deuxième année est aussi exigeante, mais, ayant terminé mes cours obligatoires, j’ai pu travailler 20 heures par semaine.

La suite après le Collège

Quelle profession te vois-tu exercer dans 5 ans ?

Je ne sais pas encore, c’est quand je ferai mes stages que je pourrai décider plus spécifiquement.

Mot de la fin

Que retiens-tu de ton passage au Cégep ?

J’ai appris beaucoup ici. Je me suis fait des amis pour la vie, car dans ce genre de programme on devient proche des gens avec qui l’on étudie. Quand je fais une rétrospection, je m’aperçois que le cheminement que j’ai parcouru depuis deux ans a fait de moi une autre personne. Mes méthodes de communications ont complètement changé et j’ai évolué mentalement. Je ne suis vraiment pas la même personne.

Si tu pouvais donner un seul conseil à une personne qui commence le Cégep, que lui dirais-tu ?

 Je lui dirais de se préparer. Quand tu commences au Collège, ils t’emmènent dans une salle où ils te disent de te préparer, car le Collège c’est difficile. Tu prends ça plus ou moins au sérieux, car ça te semble évident, mais il faut vraiment te préparer. Il faut te faire un agenda pour t’aider, te trouver des méthodes, que tu te prépares à tes examens et que tu prennes des notes.


Programme en lien avec l’article

171.A0

Techniques de thanatologie

VOIR LE PROGRAMME Voir le programme
Portes Ouvertes Portes ouvertes Élève d’un jour Élève d’un jour

Vous aimerez aussi