Le Collège vu par… Chashan Morin

Chashan est étudiante dans le programme d’Acupuncture. Le Collège de Rosemont l’a rencontrée afin de discuter de son expérience collégiale.

Cheminement scolaire

Parle-nous un peu de tes intérêts. Qu’est-ce qui t’a amenée à choisir le programme d’Acupuncture au Collège de Rosemont ?

J’ai choisi le Collège de Rosemont parce que c’était la seule façon de pouvoir pratiquer le métier que je voulais faire. Je trouvais super intéressant que ça se donne au collégial, parce que ça faisait en sorte que mes études sont vraiment plus abordables que si ça avait été à l’université. Je trouvais ça intéressant d’avoir à la fois le côté abordable et le côté qualité de l’enseignement fourni.

L’ambiance à Rosemont

Comment décrirais-tu l’ambiance du Collège et de ton programme ?

L’ambiance au Collège est vraiment intéressante, parce que je pense que le Collège a beaucoup de techniques qui sont uniques, ce qui fait en sorte qu’on voit beaucoup de complicités entre les différentes techniques, notamment en acupuncture où les gens sont riches en expérience de vie, de personne. De voir que chaque Techniques peut apporter à d’autres. Il y a beaucoup de techniques de la santé, dont l’acupuncture, mais il y a aussi audioprothèse et d’autres techniques, donc il y a une belle synergie dans le cégep. C’est aussi très ouvert culturellement, je peux passer dans les corridors et entendre plusieurs langues différentes parlées par les gens.

Le programme d’Acupuncture

Quels sont les éléments de ton programme que tu aimes le mieux jusqu’à maintenant ?

Ce que j’aime du programme d’acupuncture ? Premièrement, ce sont les gens. Il faut passer un test psychométrique avant d’être admis. C’est l’une des manières que le programme est fait, parce qu’ils ne peuvent pas accepter toutes les demandes. Je pense que ça apporte une force par rapport à la personnalité des gens. Tout le monde s’entend bien, on s’entraide beaucoup, on se soutient beaucoup moralement, ça aide à vraiment à ce que le programme se fasse de façon fluide, agréable.

Deuxièmement, ce que j’aime c’est également la qualité des enseignants que l’on a. Je trouve qu’ils ont beaucoup de connaissances, de savoir, et ils ont vraiment la passion de transmettre ça à travers des cours pratiques et théoriques, et on est vraiment chanceux d’avoir ça !

Y a-t-il des types d’apprentissages que tu as particulièrement appréciés dans ton programme jusqu’à maintenant ?

Je dirais que quand tu fais une technique pour devenir éventuellement thérapeute, tu comprends un peu mieux qui tu es, car tu es en relation avec toi-même. Je dirais que les techniques d’apprentissage se développent à mesure de la formation. Maintenant, par exemple, je sais que je suis kinesthésique, parce qu’en acupuncture, on a des cours de palpation, on touche les gens, on est en contact direct et indirect avec les patients. Si j’ai un trajet de méridiens à faire, je vais me le faire sur moi-même pour bien l’intégrer. Sinon, il y a de mes collègues qui parlent des palais de mémoire, qui sont une manière alternative d’apprendre que je ne connaissais pas avant, mais je n’ai pas encore essayé cette méthode !

Y a-t-il des enseignants qui ont particulièrement marqué ton passage au Collège de Rosemont ?

Je dirais que la grande force des professeurs, c’est qu’ils sont tellement vivants en classe, ils donnent vraiment tout ce qu’ils ont, autant en biologie qu’en acupuncture. Ce sont des gens qui transmettent la passion et c’est ça qui fait que ça nous donne le gout d’en savoir plus, d’apprendre et qu’on prend plaisir à l’apprendre. Aussi, tous les profs créent une unité. Tout le monde se complète.Il y en a qui sont par rapport à la théorie et aux paradigmes de la médecine chinoise, d’autres sont plus par rapport au côté théorique, et d’autres sont davantage du côté palpation.  Il y a vraiment tous les côtés de la médaille qui sont vus avec les profs, donc c’est vraiment intéressant.

Le centre d’aide en français (CAF)

En dehors de ton programme, quelle a été ton implication au Collège de Rosemont ?

Je me suis impliquée dans le CAF, le Centre d’aide en français, au Collège de Rosemont. Ce sont des élèves qui vont aider d’autres élèves qui ont plus de difficultés en français. Je trouve que c’est un outil vraiment intéressant, autant pour la personne qui est tuteur que la personne qui demande le tutorat, parce que ça aide les deux personnes. Ça crée une relation de confiance beaucoup moins hiérarchique comparativement à la relation avec les professeurs. Il y a des bénéfices à retirer d’aide et de services comme ceux-ci qui s’offrent au Collège.

Après le Collège

Si on se tourne vers le futur, qu’est-ce qui s’en vient pour toi après l’obtention de ton DEC ?

C’est sûr que, directement après le cégep, je me vois voyager un peu parce que je suis une grande voyageuse, mais aussi, éventuellement, ça serait de pratiquer mon métier d’acupuncture et j’espère de tout cœur, et je le sens aussi, que je vais adorer ça de pratiquer plusieurs années et vivre de cette passion d’aider les autres !

Mot de la fin

Que retiens-tu de ta première année au Collège de Rosemont ?

Je retiens beaucoup de choses de ma première année ! Ça revient un peu au conseil que j’ai donné plus tôt. Je me fais beaucoup plus confiance, je m’écoute beaucoup plus dans mes besoins, je m’accepte beaucoup plus dans toutes les sphères de ma vie !

Si tu pouvais donner un conseil à une personne qui commencerait le cégep, que lui dirais-tu ?

Pour une personne qui commence le cégep, mon conseil serait de ne pas trop se soucier des notes, de vraiment vivre l’expérience pleinement, parce que ça passe tellement vite ! Ça peut paraitre long quand on est en classe, quand on a des examens, mais à la fin, c’est tellement une expérience de laquelle on va sortir tellement plus riches en connaissances, en rencontres… Il faut profiter à fond de chaque moment et de vivre la vie !

Pour quelqu’un qui commencerait en Acupuncture, ce serait aussi de ne pas trop s’en faire et de s’en mettre sur les épaules. Je m’étais fait dire ça au début quand j’ai commencé parce que le programme est fait en spirale. On ne peut pas tout savoir dès la première année, ça va venir au fur et à mesure, on va finir par intégrer les concepts. Il faut être un peu patient parce que ça va venir à la fin et on sera de bons thérapeutes. Il faut se faire confiance par rapport à ça.


Programme en lien avec l’article

112.A0

Acupuncture

VOIR LE PROGRAMME Voir le programme
Portes-Ouvertes Portes-Ouvertes Élève d’un jour Élève d’un jour

Vous aimerez aussi