Le Collège vu par… Jean-Michel

Jean-Michel est étudiant dans le programme d’Acupuncture. Le Collège de Rosemont l’a rencontré afin de discuter de son expérience collégiale.

Cheminement scolaire

Parle-nous un peu de tes intérêts. Qu’est-ce qui t’a amenée à choisir le programme d’Acupuncture au Collège de Rosemont ?

J’ai choisi le programme d’acupuncture à Rosemont parce que c’est le seul endroit qui offre le programme d’acupuncture au Québec et c’était vraiment l’acupuncture qui m’intéressait.

Qu’est-ce qui t’intéressait particulièrement à propos de l’acupuncture ?

Pour moi, l’acupuncture a vraiment fait des miracles. Je souffrais de douleurs chroniques à cause d’une blessure sportive à l’épaule, je ne m’attendais pas vraiment à une guérison, j’essayais l’acupuncture comme j’ai essayé bien d’autres traitements et thérapies. Ça a vraiment fait des miracles, après quelques traitements c’était complètement disparu, alors ça m’a vraiment donné un grand incitatif à m’intéresser à cette discipline et, de fil en aiguille, ma relation avec la thérapeute m’a vraiment amenée à tomber en amour avec la médecine chinoise, qui est vraiment un domaine fascinant. Je me suis alors inscrit et je suis vraiment heureux depuis ce temps-là !

Tu parles des différents types de traitements que tu as reçus. Y a-t-il d’autres carrières dans le domaine de la santé qui t’avaient intéressées par le passé ?

Oui, j’avais considéré l’ostéopathie et la physiothérapie aussi, ce sont des formations plus avancées et plus longues, universitaires, plus dispendieuses aussi, tandis que l’acupuncture s’offre au collégial, ce sont des frais de scolarité raisonnables et j’avais déjà fait mes cours de formation générale, donc pour moi, c’était plus facile de seulement faire des cours d’acupuncture et de pouvoir travailler en même temps. Tout s’est aligné pour que je puisse venir étudier dans ce programme-là !

Conciliation travail-études

Tu parles de la nécessité de travailler en même temps que les études. Comment fais-tu pour concilier à la fois le travail et les études ?

Je travaille les weekends pendant la session. Je suis dans la restauration, je suis serveur, je travaille deux jours par semaine et j’essaie d’ajuster en fonction de la charge de travail pendant les périodes d’examens. C’est certain que, pour moi, ça fait du sept jours sur sept pendant la semaine, ça demande beaucoup d’énergie et c’est très intense et le programme d’acupuncture est assez chargé. Mais, les cours sont très intéressants et mon travail aussi et la diversité fait que ce n’est jamais redondant et que j’arrive à garder un bon niveau d’énergie.

L’ambiance à Rosemont

Comment décrirais-tu l’ambiance du Collège et de ton programme ?

Pour moi qui suis un peu plus âgé et qui suis en deuxième carrière, c’est certain que c’est très jeune de revenir au cégep. Ce n’est pas choquant, je dirais que c’est même une qualité. J’aime le fait que ce soit très vert comme cégep : la cour intérieure, il y a des toits verts, il y a plusieurs initiatives qui sont mises en place pour le recyclage et le compostage, c’est quelque chose qui se relie et s’aligne à mes valeurs.

Le programme d’Acupuncture

Quels sont les éléments de ton programme que tu aimes le mieux jusqu’à maintenant ?

Premièrement, le programme est très bien construit. Il est fait en spirale de sorte qu’en première année, on voit beaucoup de théorie. Bien sûr, il faut apprendre ses bases, c’est assez difficile, il y a beaucoup de matières à apprendre par cœur. Par la suite, dans les années subséquentes, on a plus d’activités pratiques où on va aller revisiter ce qu’on a appris en première année, ce qui nous permet de faire l’intégration de nos connaissances. Cette structure en spirale est très intéressante pour le programme.

Deuxièmement, les professeurs ce sont tous des gens exceptionnels, passionnés, vivants, humains avec les yeux qui brillent quand ils enseignent. Ce sont des sommités dans leur domaine et c’est vraiment passionnant d’être à leur côté et de se faire transmettre cet art traditionnel par ces gens-là.

Et comment qualifierais-tu l’approche pédagogique du programme d’Acupuncture ?

Pour quelqu’un qui aurait eu la piqure et qui voudrait étudier en acupuncture, il faut savoir qu’on a beaucoup de cours de pensée chinoise, mais aussi de médecine occidentale, parce que c’est important de les connaitre puisqu’on va traiter des patients tous les jours. Les deux types de médecine sont bien imbriqués dans le programme de sorte que ce qu’on voit en médecine chinoise se réfère à des bases de médecine occidentale.

Par exemple, pour la localisation des points, on apprend l’anatomie en profondeur, on se sert de ces connaissances-là pour connaitre la localisation des points. Il y a vraiment une synergie entre les deux médecines qui est intéressante et qui permet de connaitre le corps humain et le maitriser. Ce n’est pas seulement de la médecine chinoise traditionnelle, ce n’est pas une discipline initiatique, c’est basé sur la science et on étudie l’acupuncture sur les données probantes.

Y a-t-il des enseignants qui ont particulièrement marqué ton passage au Collège de Rosemont ?

Presque tous les professeurs en acupuncture, mais aussi en biologie dans le domaine de la médecine occidentale, ce sont des gens passionnés.

Sinon, Pascal Manny, c’est un professeur qui enseigne depuis 30 ans, il a une maitrise fine des textes anciens, des différentes théories de la médecine chinoise. Avec lui, on apprend à naviguer sur différents cadres de référence, les paradigmes… Ça développe notre souplesse d’esprit et il nous donne envie de tout connaitre, c’est vraiment quelque chose de marquant pour moi.

Stéphanie Racette, c’est aussi quelqu’un qui s’exprime avec une grande clarté, beaucoup de vivacité, les yeux qui brillent, et qui nous donnent vraiment envie de tout connaitre.

Vie étudiante

Pourrais-tu nous parler d’activités dans lesquelles tu t’es impliqué au Collège de Rosemont ?

Je m’implique beaucoup dans les activités parascolaires, entre autres la clinique NADA. C’est une clinique où les étudiants peuvent se faire traiter en acupuncture gratuitement presque toutes les semaines de la session. Ce sont des ponctures dans les oreilles, c’est très simple, ça permet vraiment de se calmer et de réduire le stress, l’anxiété et l’insomnie. Je me suis impliqué là-dedans parce que j’ai vu que ça pouvait faire du bien aux gens et que je pourrais en toucher un maximum.

Une autre activité dans laquelle je me suis impliqué a été Cégeps en Spectacle. À la session d’automne, j’ai décidé qu’il fallait que je sorte de ma zone de confort et que j’étais là pour apprendre de nouvelles choses ! Je suis donc monté sur scène et j’ai chanté en solo, c’était vraiment une expérience autant effrayante qu’enrichissante ! J’ai beaucoup appris de ça et j’ai beaucoup gagné de confiance. Ça m’aide dans mon travail de serveur, ça m’aide dans mes relations interpersonnelles, ça m’a bénéficié de plusieurs façons.

Y a-t-il des activités propres à ton programme auxquelles tu aimerais participer ?

Il y a plusieurs étudiants qui décident de partir faire un stage en Chine à la fin du programme. Personnellement, je ne pense pas le faire à la fin de mon programme, c’est juste circonstanciel, mais je risque de le faire plus tard. Je pense que c’est important de retourner aux sources pour voir là où la médecine a émergé, dans quel bassin culturel et comment elle est pratiquée là à la source.

Déménagement à proximité du cégep

As-tu eu à déménager afin de venir étudier au Collège de Rosemont ?

Je vais déménager cet été parce que j’habite assez loin dans l’ouest de l’Ile. Ça me prenait beaucoup de temps en transport en commun quand même et étant donné que c’est un programme assez chargé, que je travaille et que j’ai peu de temps libres, j’ai décidé de déménager, me rapprocher du Collège afin de gagner du temps, mais ce n’était pas une nécessité.

Après le Collège

Si on se tourne vers le futur, qu’est-ce qui s’en vient pour toi après l’obtention de ton DEC ?

Bien sûr, dès ma sortie du Collège de Rosemont je vais pratiquer l’acupuncture ! C’est vraiment un métier que j’envisage depuis un certain temps et j’ai eu une grande réflexion à propos de ça qui m’a permis d’aligner toutes les sphères de ma vie et trouver plus d’harmonie dans ma vie personnelle et professionnelle. C’est une carrière que je pourrai pratiquer longtemps jusqu’à un âge avancé. Ça me motive vraiment de savoir que je vais pouvoir faire ce métier à long terme.

Mot de la fin

Si tu pouvais donner un conseil à une personne qui commencerait le cégep en Acupuncture, que lui dirais-tu ?

Je lui dirais de créer des liens avec les autres le plus rapidement possible, les professeurs, mais surtout les autres étudiants. Créer des liens et se bâtir un cercle social c’est très important. Quand on arrive au début, on ne connait personne ou peu de personnes puis on est un peu timides et freinés par ça, mais au contraire, les gens avec qui on étudie ce sont les gens qui nous ressemblent le plus finalement. Il faut créer des liens le plus tôt possible parce que c’est ce qui nous permet de passer à travers les épreuves, de nous donner des trucs et aussi de partager les plaisirs, les succès et les bons moments.


Programme en lien avec l’article

112.A0

Acupuncture

VOIR LE PROGRAMME Voir le programme
Portes Ouvertes Portes ouvertes

Vous aimerez aussi