Le Collège vu par… Yohan

Yohan est étudiant en 2e année dans le programme préuniversitaire Arts, lettres et communication, profil Langues modernes. Le Collège de Rosemont l’a rencontré afin de discuter de son expérience collégiale.

Cheminement scolaire

Qu’est-ce qui t’a amené à choisir le profil en langues au Collège de Rosemont?

Je parle déjà le français, l’anglais et l’espagnol et j’ai réalisé que c’était le domaine d’apprentissage dans lequel j’avais le plus de facilité. Par exemple, si on me donne un examen de mathématiques, je vais avoir moins de facilité que si on me donne une feuille d’espagnol ou de grammaire de n’importe quelle langue. Ça m’intéresse plus d’apprendre sur les langues que sur d’autres domaines comme les sciences ou les mathématiques. J’ai aussi un peu plus un côté artistique.

Pourquoi avoir choisi spécifiquement le Collège de Rosemont?

Pour moi, c’était surtout la proximité. Tous les autres collèges sont assez loin de chez moi, tandis que le Collège de Rosemont est à même pas 5 ou 10 minutes.

L’ambiance à Rosemont

Comment comparerais-tu l’ambiance au Collège de Rosemont à celle que tu as vécue au secondaire?

C’est moins bruyant, très silencieux. J’allais à Antoine de St-Exupéry et c’est une école assez bruyante! Ça crie, ça court… Ici, je rentre, personne ne bouge, les gens sont assis, c’est vraiment bien! Il y a aussi moins de gens. Je suis quelqu’un de plus introverti donc j’ai beaucoup aimé le fait que ce soit plus calme.

Le programme en Arts, lettres et communication – Profil Langues modernes

Tu as choisi de venir étudier dans le profil de langues dans le programme Arts, lettres et communication. Qu’est-ce que tu aimes le plus dans ton programme?

J’aime surtout le contenu. Le fait que j’apprenne l’allemand, ça m’a stimulé à entrer dans le programme parce que c’est une nouvelle langue, une nouvelle acquisition. Il y a aussi l’espagnol, que je ne peux plus faire parce qu’il m’a été crédité, mais j’étais vraiment intéressé à perfectionner toutes mes langues, puis aussi l’anglais et le français, qu’il ne faut pas oublier non plus.

Y a-t-il des cours ou des types d’apprentissages qui ont particulièrement marqué ton passage au collège?

Il y a quelque chose qui m’a amené à marcher sur une autre voie, c’était mes cours d’arts. J’ai suivi Arts modernes et Arts québécois, ces deux cours étaient vraiment intéressants.

Quand je suis entré à Rosemont, j’ai commencé dans l’option cinéma. J’ai adoré le cours de langage cinématographique et aussi un cours de cinéma et de montage. Ça m’a changé les idées, de ne pas être uniquement sur les langues et la philo.

Et y a-t-il des enseignants qui t’ont particulièrement marqué ?

Oui, il y a eu la professeure d’arts modernes Nicole Gilbert et en cinéma James Brady. C’étaient deux professeurs vraiment agréables et leurs cours étaient tellement intéressants et vivants… C’était très animé, c’était très bien, le contenu était vraiment le fun.

Comment décrirais-tu l’approche de tes enseignants au Collège de Rosemont comparativement à ce que tu as connu dans le passé?

Je trouve que c’est plus vivant au cégep. Avant, au secondaire, leur but c’était de te rentrer dans la tête tous les concepts qu’ils enseignent. Au Collège de Rosemont, ils veulent t’en apprendre, mais ils veulent également en apprendre de toi, c’est ce que j’aime le plus du cégep. C’est un échange c’est pas juste le prof qui parle.

Tu es passé du profil Cinéma au profil Langues modernes. Est-ce que ce passage t’a permis d’éclairer ton cheminement scolaire?

Oui, j’ai constaté qu’il y avait moins d’opportunités dans le marché du travail en cinéma qu’en traduction. Les étudiants en cinéma doivent chercher eux-mêmes leurs emplois, tandis qu’en langues, on peut graduer en traduction à l’université et les employeurs vont venir nous chercher, c’est assez bien.

Conciliation travail-études

Est-ce que tu occupes un travail en même temps que tu es aux études à temps plein? Si oui, quels trucs as-tu développés afin de gérer ton temps et trouver un équilibre?

Oui, j’ai quand même trois ou quatre jours de travail par semaine dans une pharmacie. J’ai pu balancer les deux parce que si je gère bien mon temps et que je ne procrastine pas, je suis capable de tout faire à temps.

Pour ne pas procrastiner, je pense au pire. Je pense à ce qui pourrait arriver et à quel point je vais être serré dans le temps. En projetant le pire, je vois ce que je ne veux pas qui arrive et c’est vraiment le meilleur coup de pouce que je pourrais donner.

La suite après le Collège

Quelles sont les prochaines étapes pour toi à la suite de l’obtention de ton diplôme collégial?

J’ai trois idées en tête. La traduction, l’interprétation, soit d’être interprète et de traduire pour d’autres personnes dans des rencontres entre deux compagnies ou quelque chose comme ça, ou finalement l’enseignement de la langue. Je pourrais très bien enseigner le français dans une langue seconde, ou l’anglais, ou encore l’espagnol,  l’allemand… peu importe la langue que je vais parler d’ici la fin de mon université.

Tu parles de ton intérêt pour l’enseignement; as-tu déjà vécu des situations de relation d’apprentissage avec d’autres personnes?

Oui, j’ai toujours vraiment aimé ça parce que pas mal toute ma vie, j’ai vraiment aidé les autres à apprendre ce que je savais. Par exemple, au secondaire, j’étais dans une cohorte de langue études et j’ai beaucoup aidé les autres en espagnol dans leurs travaux. J’ai aussi aidé en anglais sous forme de tutorat / bénévolat pour ceux qui n’avaient pas encore la langue acquise.

Pour la prochaine session au Collège de Rosemont, j’ai appliqué pour être tuteur au Centre d’aide en français (CAF) et j’ai été accepté quand j’ai passé l’examen et je suis vraiment enthousiaste à y aller parce que je veux vraiment aider d’autres gens.

Qu’est-ce que tu trouves stimulant à pouvoir aider les gens?

Dans le fond, pour moi c’est beaucoup de les aider à sortir de la confusion ça me fait du bien. Je n’aime pas voir les gens confus et ne pas savoir ce qu’ils font; j’aime pouvoir les aider et les sortir de leur petit trou.

Mot de la fin

Qu’est-ce que tu retiens jusqu’à maintenant de ton parcours au cégep?

Ce n’est pas si pire que ce que je croyais. Si on fait nos choses, ça reste assez simple. Si on fait tout à la dernière minute, là on va galérer!  En s’y prenant une semaine d’avance, premièrement on va avoir une bonne note, on va avoir le temps de perfectionner le travail. Ensuite, on va pouvoir procrastiner après avoir fait le travail plutôt qu’avant, c’est toujours mieux!

Si tu pouvais donner un conseil à un étudiant qui commencerait le programme de langues l’année prochaine au Collège de Rosemont, que lui dirais-tu?

Je lui dirais de pratiquer en dehors des cours. Juste ce qu’on fait à l’école, parfois c’est insuffisant. Disons en anglais, quelqu’un qui ne parle pas bien l’anglais devrait écouter la musique en anglais, regarder la télévision… Même jouer aux jeux vidéos, ce n’est pas la meilleure option quand on est au cégep, mais de mettre les paramètres en anglais ça sera beaucoup mieux, ça va permettre de s’habituer!


Programme en lien avec l’article

500.AL

Arts, lettres et communication – Profil Langues modernes

VOIR LE PROGRAMME Voir le programme
Portes Ouvertes Portes ouvertes Élève d’un jour Élève d’un jour

Vous aimerez aussi