Le Collège vu par… Laurence

Laurence est une finissante du programme préuniversitaire Arts, lettres et communication, profil langues modernes. Le Collège de Rosemont l’a rencontrée afin de discuter de son expérience collégiale.

Cheminement scolaire

Qu’est-ce qui t’a amené à choisir le profil en langues au Collège de Rosemont?

J’ai décidé de venir au Collège de Rosemont dans le programme de langues parce que les langues étaient quelque chose que j’aimais déjà au départ, et quand j’ai vu l’intensité du programme, surtout qu’il y avait des cours d’allemand parce que j’avais déjà appris l’espagnol, c’était déjà gagnant pour moi. J’allais avoir l’opportunité d’apprendre une quatrième langue!

Pourquoi avoir choisi spécifiquement le Collège de Rosemont?

Parce que j’ai vu l’intensité du programme, et quand je suis venue aux portes ouvertes, j’ai vu que les professeurs étaient vraiment passionnés par ce qu’ils faisaient. C’est quelque chose qui m’affectionne beaucoup de voir des gens passionnés par ce qu’ils font, donc ça m’a juste laissé de bonnes pistes à venir étudier ici.

Le programme en Arts, lettres et communication – Profil Langues modernes

Comment décrirais-tu l’approche de tes enseignants au Collège de Rosemont?

Ils aiment vraiment ce qu’ils font! Je n’ai jamais eu de problème avec aucun enseignant, ils sont ouverts d’esprit et disponibles pour leurs étudiants, et juste ça pour moi fait en sorte que tous les professeurs que j’ai eus étaient de bons enseignants et je n’ai que de bons commentaires.

Et y a-t-il des enseignants ou des cours qui t’ont particulièrement marquée ?

Mes cours d’allemand ont vraiment marqué mon passage, mes cours de français aussi, et mes cours de traduction, d’histoire de langues, vraiment tout ce qui touchait à mon programme. Je ne pense pas avoir fait un mauvais choix, j’ai vraiment apprécié mon passage ici!

En allemand, j’ai eu deux professeurs, donc Marie-France Lemay et Shirin Tahmasebi, et ce sont les deux seules professeures en allemand. Marie-France était celle qui m’avait donné envie de venir au cégep, donc j’avais déjà envie de venir au cégep juste en voyant la professeure que j’allais avoir!

Y a-t-il des activités que tu as appréciées dans ton programme?

On a eu la chance d’aller dans l’Institut Goethe pour mon cours d’allemand. On voyait comment ils faisaient l’enseignement de l’allemand comparativement aux professeurs d’ici. C’était une approche complémentaire à ce qu’on pouvait voir dans les cours ici.

Y a-t-il des cours ou des types d’apprentissages qui ont particulièrement marqué ton passage au collège?

Mes cours au Centre d’Aide en Français, parce que je pense que c’est là que le déclic s’est fait de ce que je voulais faire dans la vie. L’approche avec les étudiants, tout ce qu’on peut faire pour les aider avec le français. L’approche pédagogique était différente parce qu’on nous montrait comment être tutrice avec quelqu’un plutôt que d’être son ami et de lui montrer des règles grammaticales et les suivre dans ce qu’ils faisaient.

Le tutorat au centre d’aide en français (CAF)

En quoi consiste de faire du tutorat comme cours en français?

Le cours du Centre d’Aide en Français amène l’étudiant à être tuteur, donc on suit une formation et ensuite on a l’occasion d’être tuteur rémunéré. Ça nous montre à comment suivre les étudiants, la démarche qu’il faut suivre et qu’est-ce qu’il faudrait faire et par où passer pour les aider avec leurs difficultés.

Cette opportunité m’a vraiment aidée à savoir ce que je voulais faire dans la vie, tout simplement. J’ai trouvé des gens que j’aimais, des amies, donc juste être tutrice a un peu tout changé ma vision des choses!

Y a-t-il autre chose que tu retiens de cette expérience?

En fait, non seulement le Centre d’Aide en Français m’a aidé à me faire des amies, mais m’a également permis d’améliorer mon français, parce que c’est vraiment un travail de recherchiste de chercher les règles grammaticales, de s’assurer d’avoir vraiment compris la matière avant de la présenter à quelqu’un. Mon français s’est vraiment amélioré avec ça et, puisque j’en ai fait pendant deux ans, mes méthodes d’apprentissage avec les étudiants se sont juste améliorées avec le temps.

Y a-t-il des lieux que tu affectionnes particulièrement au Collège?

C’est certain que j’affectionne particulièrement le Centre d’Aide en Français (CAF), parce que je me suis fait beaucoup d’amis à cet endroit, je peux dîner là-bas avec mes amis, je peux faire des travaux… C’est un lieu que j’affectionne parce que je peux tout faire là-bas.

La formation générale au collégial

Pourrais-tu nous parler un peu des cours de français que tu as reçus à la formation générale?

Les cours de français à la formation générale étaient vraiment inspirants. Je trouvais que les professeurs étaient impliqués et les thèmes qui étaient abordés dans les cours étaient vraiment intéressants. J’ai vu des choses différentes dans tous mes cours de français, mais qui, en même temps, se rejoignaient un peu. J’ai aimé cette différence, mais en même temps ressemblance entre les cours.

Vie étudiante

Pourrais-tu nous parler de ton implication dans les activités socioculturelles du Collège?

En plus de l’implication dans mon programme, j’ai aussi fait partie de l’équipe de volleyball du Collège. C’était un petit peu sur le tard, mais juste d’avoir passé une demi-année avec l’équipe m’a permis de découvrir que j’aimais plus que juste étudier dans la vie, j’aimais également beaucoup faire du sport! Ça m’a apporté beaucoup de bénéfices.

Qu’as-tu le plus aimé de cette expérience?

C’est le sentiment d’appartenance, mais aussi la chimie d’équipe. C’est sûr que de rentrer dans une équipe qui est déjà formée, ce n’est pas toujours facile, mais les filles ont tellement été gentilles avec moi, elles sont su m’impliquer dans leur petit groupe, donc pour moi, j’ai l’impression d’avoir fait la meilleure décision de mon cégep!

Conciliation travail-études

Est-ce que tu occupes un travail en même temps que tu es aux études à temps plein? Si oui, quels trucs as-tu développés afin de gérer ton temps et trouver un équilibre?

En plus de m’être impliquée de plusieurs façons au Collège, j’ai travaillé à deux endroits différents, dont le Centre d’Aide en Français. La seule façon de concilier tout ça était oui, de donner du temps aux études et au travail, mais aussi du temps pour respirer et passer du temps avec des amies et faire des choses que l’on aime. Juste d’être capable de bien gérer tout ça, de bien se donner des limites et de savoir où sont nos limites, ça nous aide à passer à travers.

Parfois, il y a des cours plus difficiles que d’autres et le travail ce n’est pas toujours facile non plus. De concilier tout ça fait en sorte que ton cégep et être au travail en même temps, ça passe vraiment bien.

Résidences

As-tu eu à déménager vers Montréal pour venir étudier au Collège de Rosemont?

Oui, en fait pour venir étudier au Collège, j’ai dû déménager parce que c’était un peu trop loin de chez moi. J’habitais aux résidences du Collège de Rosemont, et vraiment, la différence est vraiment palpable même si je viens d’un coin pas trop lointain de Montréal. La multiethnicité du Collège de Rosemont et d’habiter en résidence avec des gens que je ne connaissais pas, au final j’ai réussi à me faire des amies et à être plus ouverte à tout ce qui se passe autour de moi, donc je pense que ça a été bénéfique de déménager à Montréal.

Quels sont les plus grands avantages d’habiter dans les résidences du Collège de Rosemont?

Les plus grands avantages d’habiter aux résidences du Collège de Rosemont sont le fait d’être très près du Collège. Même si je n’avais pas d’ordinateur avec moi, je pouvais aller faire mes travaux au cégep et revenir chez moi sans faire trop de route ou être trop fatiguée. Je peux vraiment me concentrer sur mes études plutôt que sur le trafic.

Aussi, l’hiver je n’ai pas à m’habiller pour venir au Collège, donc je peux juste me mettre en pantalons et partir, donc pas de stress de se demander s’il va faire froid dehors.

Comment décrirais-tu l’ambiance dans les résidences?

L’ambiance est quand même agréable! Mes amies et moi on se retrouve souvent dans les aires communes, on jase, on fait nos devoirs ensemble, on se fait des soupers ensemble, on fait un paquet de choses ensemble. On peut sortir, aller chercher une crème glacée, on va à l’épicerie… C’est de développer une mini-famille avec qui tu vis!

Dirais-tu que de vivre dans les résidences t’a aidé à prendre des responsabilités?

Je pense que oui, le fait d’habiter à la résidence m’a rendue un peu plus autonome et responsable, parce que je n’avais pas mes parents en arrière de moi à me demander si j’avais fait mes devoirs et tout. En même temps, il fallait que je fasse mon ménage, mon souper… Ce sont toutes des choses qu’au final, on finit par arranger. Mais, au début, ce n’est pas facile, parce qu’on est éloigné et on n’est pas avec les personnes qu’on aime et bien avec de nouvelles personnes, donc c’est de créer un sentiment de oui, s’ennuyer de ses parents, mais en même temps d’avoir du fun et d’être capable de faire autre chose. Il faut trouver une façon de dealer avec ça!

La suite après le Collège

Quelles sont les prochaines étapes pour toi à la suite de l’obtention de ton diplôme collégial?

J’ai été admise à l’Université de Concordia dans le programme d’enseignement en anglais, langue seconde, donc je me dirige là-bas pour les quatre prochaines années. Après, je ne sais pas, peut-être que je vais me retrouver en enseignement du français ou de l’espagnol dans un autre pays, peut-être rester ici… Je me dis qui sait ce qui va arriver plus tard? On verra pour la suite!

Mot de la fin

Qu’est-ce que tu retiens de ton parcours au cégep?

Les choses que j’ai le plus aimées, c’est l’implication que j’ai pu avoir, le fait de m’être fait des amis, de m’être découverte en général, d’avoir pris des décisions et des risques. Ça n’a pas été facile parce que c’est le cégep, mais en même temps j’ai passé les deux meilleures années de ma vie ici, donc le cégep en général a été mon coup de cœur.

Je rapporte avec mon certain bagage comme le fait de prendre des risques. Je n’étais pas une preneuse de risques avant, et juste le fait de m’être lancée dans le volleyball par exemple, ça m’a donné l’impression d’avoir pris une bonne décision et ça me donne envie de prendre d’autres risques plus tard, peut-être découvrir d’autre chose que j’aimerais! Peut-être que je n’aimerai pas ça, mais au moins j’aurai pris le risque et c’est ce que je retiens le plus.

Si tu pouvais donner un conseil à un étudiant qui commencerait le programme de langues l’année prochaine au Collège de Rosemont, que lui dirais-tu?

Lance-toi et n’aie pas peur de poser des questions! Essaie plein de choses! Même si ce n’est pas ce que tu aimes, essaie autre chose! Je n’aurais jamais pu deviner que j’aimais le volleyball si je ne l’avais pas essayé! Au début, je n’étais même pas certaine de vouloir rester dans l’équipe, et finalement je suis tombée en amour avec ça. Il y a vraiment plein de choses au Collège, autant sportif que culturel. Je pensais être une fille plus Arts et lettres, plus culturelle, mais finalement je me suis aperçue que j’avais aussi ma petite dose de sportive en moi, donc c’est vraiment de trouver ce qui nous plaît, parce que c’est rempli de possibilités!

Vous aimerez aussi