Le Collège vu par… Roxanne

Roxanne est étudiante dans le programme Arts, lettres et communication profil Cinéma. Le Collège de Rosemont l’a rencontrée afin de discuter de son expérience collégiale.

Cheminement scolaire

Pourquoi as-tu choisi le programme Arts, lettres et communication au Collège de Rosemont ?

En fait, j’en ai entendu parler par des membres de ma famille. C’est des gens très créatifs comme moi et qui aiment tourner des vidéos. Je me suis donc dit que le programme de Cinéma pourrait m’apporter plein de ressources pour faire ce que je veux faire dans la vie. Je suis une personne très créative et je voulais pousser cet aspect-là de ma vie. Le Collège était aussi plus près de chez moi. Voilà pourquoi j’ai décidé d’essayer le programme.

L’ambiance à Rosemont

Comment décrirais-tu l’ambiance qui existe au Collège de Rosemont ?

En comparant avec le cégep où j’étais avant, je dirais qu’ici les gens sont plus sérieux, plus passionnés et qu’ils sont au Collège pour étudier et pas pour faire la fête. J’ai remarqué que les gens sont aidants. En classe, on est tous là pour s’entraider. Je n’ai jamais eu personne qui criait dans ma classe. Ici, les gens sont là pour travailler et étudier. J’ai donc remarqué une très grande différence à ce niveau à comparer d’autres cégeps. C’est une communauté qui est collaborative et plus mature un peu.

Le programme en Arts, lettres et communication – Profil Cinéma

Qu’aimes-tu le mieux de ton programme Arts, lettres et communication ?

J’ai vraiment aimé cette session-ci parce que les profs nous ont beaucoup poussés et nous ont donné carte blanche. Dans mes cours Documentaire et Scénarisation, ils nous ont donnés carte blanche sur les sujets, la méthode, le style, le courant utilisés. J’ai vraiment aimé le cours de Scénarisation, car j’aime écrire et créer des personnages. Il n’y avait pas de contraintes liées à l’histoire et on n’avait qu’à créer. Les profs nous ont donné beaucoup de liberté pour pousser notre créativité.

Comment décrirais-tu les cours et les enseignants ?

J’ai trouvé que les profs m’ont beaucoup aidé à pousser mes idées plutôt qu’à m’imposer leurs idées. Ils vont vraiment essayer de comprendre ce que je veux dire et ce que je veux faire. Surtout dans les cours plus créatifs comme Scénarisation et documentaire. Quand j’ai donné mon idée aux professeurs, ils m’ont vraiment aidé à nourrir mon idée. On m’a soutenu au lieu de me diminuer.

Quels enseignants ont marqué ton passage à Rosemont ?

Je dirais que mon enseignant de Scénarisation qui est le même que j’ai eu dans mon cours de Langage cinématographique était très impliqué dans ce qu’il faisait. Dès le début de la session, il nous demandait de suggérer une idée, on a fait un brainstorming, on l’a écrit et la semaine d’après, il nous la remettait corrigé et développait des idées pour chaque élève. J’ai trouvé qu’il était vraiment impliqué et ça parait qu’il aime ce qu’il fait. Tout au long de nos parcours scolaires, c’est les professeurs les plus passionnés qui nous en apprennent le plus et qui nous donnent envie d’apprendre. Ce professeur, Stéphane Cuerrier, m’a vraiment impressionnée par son implication.

Est-ce que ça a été facile pour toi de créer des liens avec tes collègues de classe ?

Je ne connaissais personne quand je suis arrivée au Collège Rosemont. Quand je suis entrée dans mon cours de programme, je me suis assise et les gens autour de moi ont commencé à me parler. C’était aussi simple que ça. Les profs n’ont même pas eu à nous mettre en équipe, on s’est juste parlé. Après, on a filmé ensemble. Il y en a beaucoup avec qui j’ai des intérêts opposés, mais on se rassemble. Si nous sommes dans le même programme, c’est pour une raison : on a le même genre de passion. Maintenant, quand j’ai un nouveau scénario, j’ai envie d’avoir leur opinion parce qu’on est là pour s’entraider.

Déménagement vers Montréal

As-tu déménagé à Montréal pour tes études ?

J’ai déménagé un peu avant de commencer mes études, car j’ai arrêté le cégep pour quelques sessions. J’ai ensuite regardé les cégeps qui étaient près de moi et j’ai découvert que le Collège de Rosemont était à 8 minutes de chez moi. Je me suis donc aussitôt inscrite et j’étais très contente d’être acceptée en Cinéma.

Comment as-tu vécu les changements après avoir déménagé ?

La banlieue est vraiment différente de Montréal. Ici, on a tout près de nous. Tous les services sont accessibles. À la banlieue, c’est un peu plus difficile. Là-bas, il y a aussi souvent un seul cégep et tu es obligée d’y aller. À Montréal, il y a beaucoup d’opportunités. Ça m’a beaucoup aidé de vivre ici. Il y a plus d’opportunités de travail et de stage. Ma vie sociale aussi s’est beaucoup améliorée à Montréal. J’y ai rencontré des gens qui avaient la même vision que moi. Ça a été un des meilleurs choix pour moi de vivre à Montréal.

Conciliation travail-études

As-tu un emploi étudiant ?

J’occupe deux emplois. Un qui se termine à minuit, mais il est quand même flexible au niveau de l’école parce que je termine l’école à 18 h et c’est juste à côté. J’ai un autre emploi à la Vie en rose aux Galeries d’Anjou. Donc c’est proche de chez moi. Chaque employeur me donne 10 à 15 heures. Je ne conseillerais pas aux étudiants de travailler 30 heures comme ça. Par contre, ils sont très flexibles. Quand je peux diminuer ou augmenter mon nombre d’heures travaillées au besoin. Je pense que c’est très important de mettre ses limites et de s’apercevoir quand c’est trop ou pas assez. En fait, je comprends vraiment qu’on puisse avoir besoin de travailler tout en étant aux études. Il y a des gens qui ont beaucoup de choses à payer, donc ce n’est pas tout le monde qui peut se permettre de travailler seulement 15 heures comme les professeurs nous le conseillent.

De mon côté, j’ai travaillé 30-40 heures durant la fin de session. C’est difficile et il faut s’y préparer. Le conseil que je donnerais c’est de bien choisir l’emploi. Par exemple, si vous êtes serveur et que vous finissez à trois heures du matin, il y a peu de chance que vous alliez au cours le lendemain matin. Ça peut avoir un impact sur vos notes et l’école en général. Il faut également trouver un employeur qui va vous comprendre et qui va prendre vos études au sérieux.

As-tu des trucs pour ta gestion du temps ?

En fait, je suis quelqu’un qui ne peut pas trop se préparer. Je ne peux pas commencer mes travaux de fin de session en début de session. Je ne suis pas quelqu’un qui a un agenda, car ça se passe plus dans ma tête. Je calcule toujours mes moments de congé. Je vais prendre ça au sérieux et travailler toute la journée pendant les périodes de congé. La veille ce n’est jamais une bonne idée. Je commence toujours mes travaux deux semaines à l’avance et je calcule le nombre de jours qu’il me reste pour travailler durant mes journées de congé.

La suite après le Collège

Quels sont tes plans après tes études au Collège ?

Je risque d’aller en scénarisation, car j’aimerais vraiment écrire des scénarios. Je n’ai pas beaucoup regardé les programmes à l’université, mais je me vois écrire des scénarios pour des séries Netflix.

Mot de la fin

Et qu’est-ce que tu as le mieux aimé du Collège de Rosemont ?

J’ai aimé beaucoup de choses et c’est pour ça que j’ai envie de rester. Comme j’ai dit plus tôt, tout le monde est là pour t’aider dans ton cheminement, autant les collègues de classes que les enseignants ou le personnel du Collège. C’est un aspect que j’ai aimé, car c’est facile d’abandonner. Les gens du cégep abandonnent facilement et quand on te soutient à poursuivre tes rêves, ça ne donne pas le gout d’abandonner.

J’aime vraiment le programme et son aspect créatif. On nous donne beaucoup de latitude.

Si tu pouvais donner un seul conseil à une personne qui commence le Cégep, que lui dirais-tu ?

Je dirais de pousser tes idées : j’ai vu des élèves qui étaient super gênés et qui gardaient leurs idées pour eux. Quand j’ai finalement découvert leur projet, je me suis dit qu’ils étaient des génies et qu’ils avaient de bonnes idées. Il faut donc pousser tes idées le plus possible. Les profs vont être là pour t’aider. Il ne faut pas avoir peur d’être créatif, car il n’y a personne qui te juge ou qui juge tes idées dans le programme. Ce que tu as envie de dire par rapport à tes projets, tu peux le dire et tu seras appuyé.


Programme en lien avec l’article

500.AG

Arts, lettres et communication – Profil Cinéma

VOIR LE PROGRAMME Voir le programme
Portes Ouvertes Portes ouvertes Élève d’un jour Élève d’un jour

Vous aimerez aussi