Portail Rosemont
Culture 
Gaulois et Gauloises 
Aide à la réussite 
Ressources dans la communauté 
Concours 
Lieux pour étudier ou socialiser 
Association des étudiants et des étudiantes du Collège de Rosemont 
Engagement étudiant 
Semaines thématiques 
Perspectives sur la ville 
Perspectives sur les Premières Nations 
Conférences 
Courts métrages 
Exposition 
Cinéma 
Sport 
Création en direct 
Installation 
Perspectives sur la/les croyance[s] 
Perspectives sur le bonheur 
Perspectives sur les frontières 
Conférences 

Cinéma



Mardi 15 mars, à 15h, au Café Show (local C-109)

 

«Québékoisie»

 

Film réalisé par Olivier Higgins et Mélanie Carrier

Canada, 2013, 81 min.

 

À 30 ans, après avoir parcouru la planète, Olivier et Mélanie ont réalisé qu’ils entretenaient des liens avec le bout du monde alors qu’ils n’avaient jamais posé les pieds dans une réserve indienne chez eux, au Canada. Le jeune couple décide alors de parcourir la Côte-Nord du Québec à vélo afin de mieux comprendre les relations entre Québécois et Premières Nations.

 

D’où vient cette méconnaissance des Autochtones, alors que des études montrent que plus de la moitié des Canadiens français ont au moins un ancêtre amérindien? Pourquoi les préjugés sont-ils toujours aussi tenaces? Comment les choses peuvent-elles évoluer?

 

Adapté de Wikipédia 

 

 

Vendredi 18 mars, à 8 h, au Café Show (local C-109)

 

«Le peuple invisible»

 

Documentaire réalisé par Richard Desjardins et Robert Monderie

Canada, 2007, 94 min.

 

Cette projection est suivie de la conférence de Nicolas Houde, «Imaginer les autonomies autochtones au Canada : résistances, revendications», et partage du territoire.

 

Dans ce long métrage documentaire, le duo de réalisateurs derrière «L’erreur boréale» et «Trou Story» raconte l’histoire de la nation algonquine du Québec et dénonce ses conditions de vie actuelles. Les Algonquins vivaient jadis en symbiose avec le vaste territoire qu’ils occupaient. Cet équilibre fut rompu avec l’arrivée des Européens au 16e siècle. Peu à peu, leur mode de vie ancestral a été réduit en miettes, sans compter le pillage de leurs ressources naturelles. Ils ne sont d’ailleurs plus que 9 000 personnes réparties dans une dizaine de communautés, certaines plongées dans une grande misère, alors que les droits humains de ce peuple autochtone sont souvent bafoués.

 

Source : onf.ca/film/peuple_invisible