Portail Rosemont
Structure d'un programme collégial 
Admission et inscription 
Qu'est-ce que la cote R? 
Tremplin DEC 
Formations préuniversitaires 
Formations techniques 
Acupuncture 
Technologie d'analyses biomédicales 
Techniques d'inhalothérapie 
Soins infirmiers 
Audioprothèse 
Techniques de thanatologie 
Techniques d'aménagement et d'urbanisme 
S’inscrire, c’est opter pour... 
Grille de cours 
Parcours DEC-Accéléré 
Témoignage d'Anabelle 
Témoignage de Marilyne 
Techniques de recherche sociale 
Techniques de comptabilité et de gestion 
Gestion de commerces 
Techniques de bureautique, Microédition et hypermédia 
Programmation Web et mobile 
Gestion de réseaux informatiques 
Parcours de continuité DEP-DEC en Informatique 
Spécialisations POSTDEC 
Cégep à distance 
Stages Alternance travail-études 
Alliance Sport-Études 
Mobilité internationale 
Résidence Campus Rosemont 
Élève d'un jour 
Portes ouvertes 
Journée d'accueil des nouveaux admis 
Tout savoir sur la rentrée 

Témoignage de Marilyne



Marilyne Blanchet, diplômée du programme Techniques d’aménagement et d’urbanisme s’exprime sur son parcours collégial et son expérience professionnelle dans le domaine!

 

Elle a obtenu son diplôme en 2011 et travaille actuellement à la Ville de Beloeil, sur la Rive-Sud de Montréal.

 

Pourriez-vous m’expliquer comment se déroule une journée type de travail?

 

Mon horaire de travail est de 8h30 à 16h30, en pause sur l’heure du diner. Je commence toujours ma journée en prenant mes courriels et mes messages vocaux. Suite à quoi j’entame l’analyse des plans soumis pour un projet X de construction. Une analyse peut prendre quelques minutes comme elle peut prendre une journée entière.

 

Cela dépend de l’envergure du projet et du nombre de règlements applicables. Il n’y a pas de secret : pour ne rien oublier, il faut lire page par page chacun des règlements applicables. À la suite de l’ensemble de l’analyse, je saisis toutes les informations dans notre logiciel et procède à l’émission du permis. Je contacte le demandeur afin qu’il vienne récupérer le permis.

 

D’autres inspecteurs sont attitrés à notre comptoir de service pour remettre les permis et procéder au paiement de ceux-ci. Toutefois, certains demandeurs souhaitent nous parler directement, car ils ont des questions plus pointilleuses sur leur projet et souhaitent parler avec la personne responsable de leur dossier. Nous allons donc au comptoir de service afin de discuter avec eux et répondre à leurs interrogations.

 

Certaines journées, nous avons des rendez-vous avec les citoyens afin de faire des inspections intérieures. Par exemple, lorsque nous délivrons un permis de garderie en milieu familial, nous procédons à une inspection avant l’ouverture de ladite garderie afin de nous assurer que certains éléments de sécurité ont été mis en place en conformité avec nos règlements, et ce, afin d’assurer la sécurité des enfants.

 

Durant la visite des lieux, nous prenons des photos et des notes. Au retour au bureau, nous remplissons un rapport d’inspection et procédons l’émission d’un certificat d’occupation qui informe le citoyen de la conformité de sa propriété et des éléments à corriger s’il y a lieu.

 

Pour conclure, il faut savoir que lorsque vous avez plusieurs dossiers en cours et que vous avez besoin de sortir pour certaines inspections, les journées passent très rapidement. Il arrive régulièrement que nous ayons le temps de travailler que sur un, deux ou trois dossiers en une journée. Parfois, on travaille sur beaucoup plus de dossiers, mais sans qu’on puisse n’en conclure aucun! Il faut savoir jongler entre le téléphone, les courriels, les permis à émettre et les inspections à faire. Il faut être organisé.

 

Selon vous, quelles sont les qualités nécessaires à votre profession ?

 

Je crois fermement qu’être polyvalent est un avantage majeur dans ce métier. Nous sommes appelés à dessiner des plans, à écrire des rapports, à prendre des photos, à conseiller les citoyens, à donner des constats d’infraction, à inspecter des propriétés, à négocier des ententes, à participer à l’écriture de règlements et bien d’autres. Il faut aussi savoir s’adapter rapidement aux changements.

 

Les règlements sont en constante évolution et sont appelés à être modifiés régulièrement. Sans parler des nombreux changements apportés aux projets soumis avant même d’avoir délivré le permis.

 

Savoir communiquer est un atout majeur, puisque nous sommes constamment en discussion avec les citoyens et les entrepreneurs. Nous devons échanger avec eux concernant leurs projets, les règlements applicables à ceux-ci, les infractions causées ainsi que les pénalités s’y rattachant, etc.

 

Je crois qu’au niveau des intérêts il faut aimer l’aspect légal, car il s’agit de notre principal outil de travail. Nous avons donc beaucoup de lecture à faire et il faut régulièrement effectuer des recherches afin d’en valider l’application.

 

Finalement, il faut être sensible à la préservation et au respect de l’environnement, puisque les nouvelles normes en matière de développement et de construction y font constamment référence. Dans le cadre de nos fonctions, nous devons aussi promouvoir et assurer le respect de l’environnement en appliquant des règlements municipaux ainsi que provinciaux.

 

Que préférez-vous le plus de votre travail?

 

La diversité des projets soumis pour l’obtention de permis. Malgré le fait que construire une maison reste construire une maison, chaque projet est différent. Que ce soit à cause de la zone dans laquelle elle se situe, des différentes normes à appliquer, du modèle de bâtiment, de la topographie du terrain où de sa localisation, chaque permis est unique.

 

Le fait que ce soit si différent de fois en fois fait en sorte que le travail ne devient pas monotone. Vous comprendrez donc que ma préférence est l’émission de permis et toute l’analyse à faire en fonction des différents règlements applicables!

 

Que diriez-vous aux personnes qui songent à s’inscrire en Techniques d’aménagement et d’urbanisme?

 

Qu’il s’agit d’un métier des plus surprenants. Même quand ont à l’impression d’avoir fait le tour, il y a toujours de nouveaux éléments, de nouvelles normes, de nouvelles tendances, etc. Il s’agit d’un milieu où il est rare de nous ennuyer. Il y a toujours de l’action et des imprévus. C’est ce qui fait de ce métier, un métier des plus intéressants vu la grande diversité des tâches et des responsabilités.

 

Il peut parfois s’agir d’un métier difficile, puisque l’appréciation des citoyens envers l’inspecteur municipal est généralement négative. Toutefois, lorsque l’on prend le temps qu’il faut avec eux pour leur expliquer notre réalité, ils repartent avec un sourire, parce qu’ils ont une meilleure compréhension de notre objectif et de notre travail.

Finalement, il ne faut jamais oublier l’objectif principal de notre métier, qui est le bienêtre de notre population. Il faut être à l’écoute des gens et, en tant qu’inspecteurs municipaux, nous y arrivons en nous assurant de la santé, de la sécurité et de la salubrité des bâtiments sur notre territoire.

 

Est-ce que la formation reçue au Collège de Rosemont vous a bien préparé au marché du travail et aux tâches qui vous sont attribuées?

 

Selon moi, toute formation donne les bases du métier et les outils afin de nous permettre de développer notre expertise en milieu de travail. Le programme Techniques d’aménagement et d’urbanisme m’a permis d’apprendre sur le métier et, par la suite, d’appliquer ces apprentissages en milieu de travail.

 

Je peux dire que j’étais bien préparée pour exercer ma profession et qu’on m’a montré où chercher pour trouver les réponses qu’il me manquait. Les tâches que j’exécute aujourd’hui ont simplement été peaufinées et élargies avec le temps.