Portail Rosemont
Culture 
Gaulois et Gauloises 
Aide à la réussite 
Service d'adaptation scolaire (SAS) 
Aide financière 
Aide pédagogique individuelle 
Centres d'aide 
Aide à l'emploi 
Orientation 
Santé et aide psychosociale 
Capsules santé mentale 
Semaine de prévention du suicide 
Le suicide 
Semaine de sensibilisation aux maladies mentales 
Le stress et les examens 
L’anxiété sociale 
Le Deuil à la suite d’un décès 
L’estime de soi 
La jalousie 
La gestion du stress 
La motivation 
L’insomnie 
Semaine nationale de la santé mentale 
Ressources dans la communauté 
Concours 
Lieux pour étudier ou socialiser 
Association des étudiants et des étudiantes du Collège de Rosemont 
Engagement étudiant 
Semaines thématiques 
Conférences 

L’anxiété sociale



Vous reconnaissez-vous?

 

Liam doit faire une présentation devant son groupe. Ces trois derniers jours, il a mal dormi et, malgré qu’il ait relu maintes et maintes fois le contenu de sa présentation, il a l’impression qu’il ne se souviendra plus de rien durant son exposé.

 

Arrivé dans son cours, le jour de son exposé, il sent son coeur battre très fort, se met à suer abondamment et n’arrive pas à se concentrer sur la présentation de ses collègues : il est trop préoccupé.

 

Marie a beaucoup de difficultés en mathématiques et, la semaine prochaine, elle a un examen. Marie a besoin d’aide pour mieux comprendre certains concepts, mais elle n’ose pas aller demander des explications à ses collègues de classe ou à son professeur, car elle ne les connait pas personnellement et craint de les déranger.

 

Comprendre l’anxiété sociale

 

L’anxiété sociale est une peur qui se manifeste avant ou pendant une activité sociale où la personne craint d’être jugée incompétente ou de se sentir humiliée.

 

Cette anxiété découle souvent de la crainte du regard des autres, de leur opinion, ou de la peur de ne pas faire bonne impression.

 

Pour certains, cette anxiété se manifeste par une crainte de parler en public, ce que l’on appelle plus communément le trac. D’ailleurs, peu parmi nous peuvent dire qu’ils n’ont pas ressenti une certaine forme de nervosité, parfois de l’affolement, avant un exposé oral.

 

D’autres vont éprouver une plus grande timidité les amenant souvent à s’isoler socialement, à se retirer des situations qui les amènent à rencontrer des gens qu’ils connaissent peu ou pas. Lorsqu’ils ont la chance d’approfondir une relation, cette timidité s’atténue.

 

Quelques manifestations de l’anxiété sociale

 

  • Se tenir à l’écart dans des fêtes ou rester silencieux autour d’une table
  • Se répéter des discours intérieurs négatifs
  • Refuser des invitations
  • Éprouver des palpitations, des maux de tête
  • Rougir, ressentir des tremblements

 

Les symptômes les plus redoutés par les personnes qui souffrent d’anxiété sociale sont ceux qui laissent transparaitre leur état anxieux (rougissement, hésitations dans le discours, sudation).

 

Les personnes souffrant de timidité ou de phobie sociale vont alors se centrer sur ces symptômes, ce qui va les amplifier et, finalement, augmenter leur niveau d’anxiété.

 

Dans les cas de phobie sociale, l’anxiété peut parfois être si forte que la personne en vient à éviter les situations anxiogènes, par exemple, en ne se présentant pas le jour de son exposé oral ou en refusant systématiquement les invitations de ses amis à des sorties, en évitant de prendre la parole, etc.

 

Trucs et astuces

 

  • Habituez-vous petit à petit aux situations qui génèrent de l’anxiété sociale
  • Au début, entrainez-vous avec des situations que vous jugerez un peu moins difficiles
  • Une fois que vous aurez surmonté une telle situation, attaquez-vous à un contexte un peu plus difficile et allez-y progressivement
  • Profitez de situations non menaçantes, avec votre entourage, pour parler devant des gens que vous connaissez; demandez à ces personnes de commenter votre intervention.
  • Prenez conscience de vos pensées négatives et confrontez-les à la réalité
  • Durant l’évènement redouté (une présentation orale, par exemple), centrez-vous sur une sensation neutre (par exemple, le contact de votre pied sur le sol) plutôt que sur vos réactions d’anxiété. 
  • Acceptez de n’être pas parfait, parfaite
  • Riez de vous-même à l’occasion

 

Références

 

 

  • ANDRÉ, C. et P. LÉGERON, P. La peur des autres : trac, timidité et phobie sociale (3e éd.), Paris, Éditions Odile Jacob, 2000.